Nouveau programme Innov’Action agroalimentaire

Boisbriand (Québec), le 1 octobre 2013 – Le
sénateur, M. Jean-Guy Dagenais, au nom du ministre fédéral Gerry Ritz,
et le vice-premier ministre et ministre de l’Agriculture, des Pêcheries
et de l’Alimentation, M. François Gendron, en présence du député de
Labelle et ministre responsable de la région des Laurentides,
M. Sylvain Pagé, sont heureux d’annoncer le lancement du programme
Innov’Action agroalimentaire. Assorti d’une enveloppe budgétaire de
plus de 31 millions de dollars, ce programme d’aide financière vise à
accroître la compétitivité des entreprises du secteur agricole et du
secteur de la transformation alimentaire québécois en soutenant la
recherche et l’innovation. Il est financé par les gouvernements du
Canada et  du Québec en vertu de l’entente Canada-Québec Cultivons l’avenir 2.

« L’innovation demeure au cœur de la compétitivité et de la
rentabilité des entreprises agricoles et agroalimentaires. Cultivons
l’avenir 2 et le programme Innov’Action, permettent à l’industrie de
trouver des solutions aux défis et de tirer parti des possibilités
offertes sur les marchés », a indiqué le sénateur Dagenais. « Notre
gouvernement demeure déterminé à appuyer la recherche et l’innovation
parce que celles-ci favorisent la croissance économique et la
prospérité à long terme au Québec. »

« Le souci d’innovation est primordial. Les entreprises, tout comme
le secteur agroalimentaire québécois dans son ensemble, doivent faire
de l’innovation une préoccupation constante et l’intégrer dans leur
vision d’avenir. Comme je l’ai déjà dit, notre gouvernement veut faire
des gestes concrets pour atteindre les objectifs que nous nous sommes
fixés et que nous avons précisés dans la Politique de souveraineté
alimentaire, notamment en ce qui concerne la valorisation du potentiel
économique du secteur. En ce sens, le nouveau programme Innov’Action
agroalimentaire tombe à point, car il permettra à nos entreprises
d’être plus compétitives et de faire leur place sur des marchés où la
concurrence est vive », a déclaré M. François Gendron.

Innov’Action agroalimentaire vient se substituer à cinq programmes
d’appui à la recherche et à l’innovation qui ont pris fin le 31 mars
2013. En regroupant l’ensemble de l’aide financière, Innov’Action
agroalimentaire conviendra davantage aux enjeux liés à la valorisation
du potentiel économique des secteurs de la production agricole et de la
transformation alimentaire et il répondra mieux aux attentes de la
société québécoise. Plus précisément, par l’entremise des quatre volets
qui le composent, il soutiendra des initiatives qui concernent la
recherche appliquée, l’adaptation des entreprises et le transfert
technologique.

Recherche appliquée
Le premier volet d’Innov’Action agroalimentaire est destiné à appuyer
la mise en œuvre de projets ayant pour objet l’accroissement des
connaissances issues de la recherche appliquée dans les domaines
prioritaires de la production agricole et de la transformation
alimentaire.

Innovation de produits et de procédés en transformation alimentaire
Ce troisième volet a trait au secteur de la transformation
alimentaire. Il est destiné à favoriser la réalisation de projets
d’innovation de produits ou de procédés, particulièrement la mise au
point d’aliments à valeur nutritive améliorée ou à valeur santé. Il
appuie des projets menant à l’innovation de produits ou de procédés ou à
la conduite d’études cliniques.

Réseautage et concertation
Enfin, le quatrième volet du programme se rapporte au développement de
la culture d’innovation, tant dans les entreprises de la production
agricole que dans celles de la transformation agroalimentaire. Les
activités de maillage entre l’industrie et la recherche, les activités
de diffusion des bonnes méthodes d’innovation et l’accueil d’experts
étrangers sont autant d’activités admissibles au regard de ce volet.

Les établissements de recherche et de transfert technologique, les
centres de diffusion, les exploitations agricoles et les entreprises de
transformation alimentaire de même que les associations ou
regroupements d’entreprises qui désirent en apprendre davantage sur le programme Innov’Action agroalimentaire peuvent consulter le document à l’adresse suivante : http://www.mapaq.gouv.qc.ca/innovaction .

Rappelons que les gouvernements du Canada et du Québec, en concluant l’accord bilatéral Cultivons l'avenir 2,
y ont associé un financement de 293 millions de dollars sur une
période de cinq ans, soit de 2013 à 2018. Cet accord d’importance a
pour objet de soutenir des initiatives stratégiques en matière
d’innovation, de compétitivité et de développement des marchés, tant au
bénéfice du secteur agricole qu’au profit du secteur de la
transformation alimentaire. Pour obtenir plus de précisions sur les
initiatives pancanadiennes de Cultivons l'avenir 2 on peut visiter le http://www.agr.gc.ca/cultivonslavenir. Pour en savoir plus sur les programmes à frais partagés de Cultivons l’avenir 2 qui sont mis en œuvre au Québec, on peut consulter le http://www.mapaq.gouv.qc.ca/cultivonslavenir.

Pour plus ample information sur la Politique de souveraineté alimentaire, visitez le blogue http://www.PolitiqueSA.gouv.qc.ca ou le site Internet http://www.mapaq.gouv.qc.ca/PolitiqueSA du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation.

Relations médias
Direction des communications
Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation

http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Votre commentaire