« On ne veut plus de cochons dans le bois: Le temps d’une paix, on n’est plus là !» – Paul Doyon, deuxième vice-président UPA

4 Commentaires

  1. Il parle seulement pour les gros producteurs industrielle, pas pour les communautés au tour, ni pour les consommateurs, ni pour les fermiers de nouvelle (l’ancienne!) vague, avec leur pratiques équitable, rentable et plus a l’échelle humaine – en plus d’être plus écolo et avec leurs produits d’haute qualité!

  2. Ces propos et le ton sur lesquels ils sont émis me rendent triste surtout pour mes parents. J’ai vécu “ce temps d’une paix” et rendu à 78 ans, je suis encore en parfaite santé…après avoir mangé du porc, des oeufs,des poules, du boeuf élevé à la ferme et dans le bois comme il est décrié.
    A cette époque, il avait des maladies comme aujourd’hui d’ailleurs! Bien certain l’hygiène sous toute ses formes a contribué a les diminuer, et c’est tant mieux. Mais n’allons pas croire que le type d’agriculture pratiqué aujourd’hui avec sa chimie est sans faute: à titre d’exemple, pensons aux allergies, cancers, insectes de plus en plus résistants, etc…. Sans revenir aux méthodes anciennes, et j’en conviens, au moins ayons la décence de respecter les personnes qui ont contribué à ce que nous sommes aujourd’hui, et pourquoi pas s’inspiré des bonnes techniques qu’elles nous ont légué
    l’UPA vient peut-être de montrer son vrai visage, axé sur l’industrie. Même si son président montre une ouverture à d’autres types d’agriculture; ou bien il est sincère et n’a pas été capable de changer la culture de ses principaux lieutenants ou bien il continue à défendre le même modèle d’agriculture basé sur le toujours plus et tout le reste est du maquillage

  3. Hello Monsieur du con de l’UPA, si ça me tente d’élever mon cochon chez nous dans les conditions dans lesquelles j’ai envie de le mettre, pour lui éviter l’élevage industriel de marde dont font l’objet les pauvres bêtes des grosses fermes et des gros élevages là, c’est mes affaires OK???? J’ai été agricultrice, productrice laitière, je travaille dans le domaine de la santé animale et je suis très au courant de la grosse marde que ça sort l’industrie agricole de masse. L’UPA là, c’est une méchante mafia, qui voudrait bien se bourrer les poches d’un maximum d’argent point. La qualité de la bouffe là, vous l’avez pas PANTOUTE, des animaux stressés, malades, bourrés de médicaments chimiques, qui passent leur courte vie attachés, à l’intérieur, dans des espaces contigûes, moi j’ai vraiment pas envie de me nourrir de ça. FAQUE si j’ai envie de produire mes oeufs là là, mon poulet de grain là là, mon veau sous la mère là là, pis mes cochons en liberté là là, BEN J’VA L’FAIRE là là, pis si tu viens m’écoeurer chez nous en me disant que je peux pas me nourrir de ce que je veux là là, ça se peut que tu te fasses recevoir avec une brique, un fanal, pis une fourche là là . C’EST TU CLAIR??? NON MAIS, on peut tu laisser le monde INTELLIGENT vivre en paix bordel????La bouffe industrielle là, que tes 98% de moutons blancs se la garde là là. Si y a un illuminé du gouvernement qui s’imagine qu’y va pouvoir m’empêcher de me faire ma propre bouffe, là là, y se fourre un doigt dans le “derche” pis y s’étouffe avec.
    NAH.
    Message d’une EX-agricultrice qui a l’UPA, le MAPAQ, la FPLQ pis toutes ces autres mafia là ben profond dans le c…. BYE.

Votre commentaire