« Je retiens mon chèque de cotisation tant que Marcel Groleau ne me rencontre pas»- Martin Plourde

(LVA) Martin Plourde, responsable des serres du Phenix dans la région de Rimouski était de passage sur le plateau de LVATV  jeudi dernier pour expliquer le contenu de sa lettre à Marcel Groleau qui a circulé sur les réseaux sociaux.

Martin Plourde souhaite que Marcel Groleau vienne lui expliquer en tête à tête sa logique qui prétend défendre deux types d’agriculture bien différents avec un syndicat unique : celle de proximité et celle destinée à l’exportation.

M.Plourde nous parle des propos désagréables que lui aurait tenus le directeur général, Charles-Félix Ross lors d’une conversation téléphonique.  Il critique ensuite  la Financière agricole et le rôle de l’UPA dans la distribution des budgets de l’institution.

Sur «L’affaire Louis Robert»

Martin Plourde expose sa vision sur «L’affaire Louis Robert» : « On fait fausse route en voulant désigner quelqu’un comme M.Lamontagne, M.Legault ou même M.Groleau».

Ross représente des gens qui nous méprisent

À la question sur le rôle de la Coalition Avenir Québec quant aux changements possibles en agriculture,  Martin Plourde pense que le changement passera par les agriculteurs eux-mêmes : « Le changement va passer par les collègues en agriculture quand ils vont se rendre compte que les gens que M.Charles-Félix Ross représente méprisent leur travail, leur mode de vie ( …) ça sera le basculement. Les gouvernements passent, mais les paysans restent!».

Marcel Groleau invité sur la plateau de LVATV pour expliquer sa vision de sa défense de tous les modèles agricoles par le bien d’un syndicat unique n’a pas accepté notre proposition. Il nous a fourni une réponse par le biais de Patrice Juneau, conseiller principal Affaires publiques/Relations médias: «M.Groleau vous remercie mais préfère s’adresser directement à M. Plourde.»

Votre commentaire