«La santé du secteur de la transformation est essentielle à la gestion de l’offre» dit Frigon

Ordre des agronomes du QUébec

Que signifie l’engagement du gouvernement fédéral à fournir un soutien “complet et équitable” aux transformateurs canadiens de lait, de volaille et d’œufs ? C’est la question que se posent l’Association des transformateurs laitiers du Canada (ATLC) et le Conseil canadien des transformateurs d’oeufs et de volailles (CCTOV) après que le gouvernement n’ait rien annoncé en terme de compensation à leurs industries lors de l’Énoncé économique de l’automne.

« Il est décevant que le gouvernement ne reconnaisse pas qu’un système de gestion de l’offre robuste repose à la fois sur des secteurs de la production et de la transformation qui sont prospères ; ces deux secteurs sont affectés négativement par les récents accords commerciaux», a déclaré Mathieu Frigon, président et directeur général de l’ATLC. « Le gouvernement a déclaré qu’avec les compensations aux agriculteurs, il avait tenu son engagement d’indemnisation pleine et équitable pour les impacts des accords de l’AECG et du PTPGP. Toutefois, le gouvernement semble oublier que son engagement inclut également les transformateurs. Quand les transformateurs de produits assujettis à la gestion de l’offre recevront-ils les compensations promises par le gouvernement ? »

Avec l’importante compensation annoncée quelques jours plus tôt pour les agriculteurs sous gestion de l’offre, l’ATLC et le CCTOV souhaitaient voir le gouvernement respecter son engagement envers les transformateurs dans le cadre de l’Énoncé économique de l’automne. Les deux associations n’ont cessé de plaider auprès du gouvernement afin que les effets négatifs des récents accords commerciaux soient atténués et que des mesures soient prises afin d’encourager la croissance et les investissements nécessaires dans leurs secteurs.

« Maintenant que le gouvernement a rempli ses engagements au titre de l’AECG et du PTPGP envers les agriculteurs soumis à la gestion de l’offre, nous nous demandons pourquoi on demande aux transformateurs d’attendre plus longtemps », a déclaré Jean-Michel Laurin, président et directeur général du CCTOV. « La santé du secteur de la transformation est essentielle à la pérennité du système de la gestion de l’offre ».

L’indemnisation des producteurs canadiens sous gestion de l’offre a été conçue comme l’un des nombreux investissements visant à aider la reprise économique après la COVID-19. Une indemnisation complète et équitable des secteurs canadiens de la transformation du lait, de la volaille et des œufs constituerait un investissement dans les emplois et la croissance économique du Canada, et aiderait les secteurs qui ont été confrontés à certains défis suite à la COVID-19 selon les deux organisations.

Votre commentaire