OPINION:«J’aimerais ça que vous vous indigniez avec moi, pour une fois, plutôt que contre moi» dit Frédéric Jacob, producteur laitier.

Ordre des agronomes du QUébec

Je vous entends du fond de mon rang. Ça fait tellement de bruit que ça se rend jusqu’à la Côte-St-Paul de St-Stanislas. C’est pour dire comme vous criez fort.

Vous vous énervez souvent ces derniers temps. La dernière fois que j’ai entendu vos cris, c’était pour les pesticides. Cette fois-ci, c’est parce que quelques-uns d’entre nous utilisons de la palmite, un résidu qui reste après la production d’huile de palme. Mes vaches n’en mangent pas. Je ne suis pas de ces quelques-uns. Mais je me sens concerné. Parce que vos cris nous arrosent tous, nous, les agriculteurs.

Vous êtes indignés que des producteurs osent faire cela. Ici, au Québec. Voyons, voire si ça se fait d’encourager une industrie aussi horrible qui détruit la forêt tropicale, les poumons de notre planète.

Laissez-moi prendre un grand respire avant de continuer. Parce que vous n’êtes pas seuls à être en colère. Moi aussi je le suis, de plus en plus. Alors je tourne ma langue sept fois dans ma bouche avant de parler. Je vous invite à pratiquer l’exercice; ça détend.

Je sens le besoin maintenant que c’est fait de vous expliquer ce que c’est, la palmite. Je vous fais ça court; la palmite, c’est ce qui reste une fois qu’on a extirpé l’huile de palme de la plante. On sort le jus, et c’est ce qui reste.

Ces dernières décennies, vous avez tellement mangé d’huile de palme que les compagnies ont eu beaucoup de résidus. Tellement en fait qu’il a bien fallu trouver quelque chose à faire de cela. Comme c’est une plante, on a eu l’idée de la donner à des animaux. Pas bête, non? Les agronomes, Santé Canada et plein de gens bien savants ont étudié l’effet de la palmite sur les animaux. Ils ont vu que c’était bénéfique. Et voilà pour la petite histoire de la palmite dans l’alimentation des vaches de quelques-uns d’entre nous. Et pour finir l’histoire : non, il n’y a pas d’huile de palme dans le lait produit par leurs vaches. C’est pas comme ça que ça marche. Les vaches reçoivent l’énergie de la plante. Ça s’arrête là.

Maintenant, parlons un peu de votre indignation.

Vous vous indignez du monde que vous avez créé, pièce par pièce, achat après achat. À chacun de vos achats de bouteille de Nutella, de vos petits gâteaux Vachon, de Kinder et Ferrero Rocher, de Skittle, de biscuits Oréo.

Mais encore une fois, c’est vers moi que vous tournez votre indignation. Comme vous l’avez fait lorsque vous avez découvert que nous utilisions des pesticides, alors qu’encore là, c’est votre création, à vous qui en voulez toujours plus pour moins cher. Je vous le dis le plus simplement du monde… J’aimerais que votre indignation soit tournée au bon endroit : dans vos paniers d’épiceries. Que vous délaissiez les vêtements du Bangladesh, vos électroniques issus d’une exploitation éhontée des humains et de la terre, vos aliments produits dans des pays sans trop de règlementation de bien-être animal, d’environnement et de normes du travail. Là, on pourrait se parler d’égal à égal.

Ce qui m’amène maintenant à vous parler de mon indignation, parce qu’elle vient de là, mon indignation, du fait qu’on n’est pas d’égal à égal. Car moi, ce qui me donne envie de crier présentement, de m’indigner assez fort pour que ça résonne dans vos villes, c’est l’environnement dans lequel les agriculteurs évoluent. Y’en a beaucoup qui jettent la serviette. On était 14 500 producteurs laitiers en 1996 quand j’ai repris la ferme familiale. On est maintenant 4700. On a toujours plus de normes à respecter, et avec ça, des obligations à tenir, des dépenses à faire pour se conformer, pas le choix. Toujours plus de pression pour investir, pour être toujours plus efficaces, parce que sinon il n’y a pas d’avenir pour la ferme, et on s’endette toujours plus, pour des revenus qui eux ne bougent pas à la même vitesse. J’ai vu beaucoup de mes amis faire encans. Je ne les blâme pas. Ils étouffaient et ils ont pris leurs décisions. Mais je veux que vous sachiez que vous n’aidez personne avec vos cris. Vous ne faites qu’en rajouter une couche sur des gens qui portent déjà des fardeaux vraiment lourds.

J’aimerais ça que vous vous indigniez avec moi, pour une fois, plutôt que contre moi. J’aimerais que vous vous indigniez de ces fermes qu’on a perdues, de ces agriculteurs qui se suicident, de cet endettement qui ne fait pas de sens parce qu’on évolue dans un environnement d’affaires qui n’en fait plus non plus. Me semble que ça ferait du bien d’être, encore une fois, pour la première fois depuis vraiment longtemps, quelque chose comme une société unie, quelque chose comme un peuple qui se tient. Peut-être aussi que quelque chose comme un projet de société pourrait émerger de ça. La terre étouffe, et nous aussi. Quand est-ce qu’on parle des vraies affaires? J’ai hâte.

 

Frédéric Jabob, fier producteur de lait de 4e et peut-être dernière génération

Ferme RDJ et fils inc, 110 ans de production laitière

 

 

3 Commentaires

  1. Je lie cette publication et je crois qu’on relatée mon parcours de vie agricole. Moi aussis je vie cette pression de la performance, de l’efficacité et du toujours plus , plus, plus pour moins chère. Je travaille plus fort que jamais a 51 ans qu’a 20 ans avec toutes ces obligations, contraintes, réglementations ect.. Ont est entrain de tuer notre métier, notre passion et notre gagne pain. Comment voulez vous que la prochaine génération veulent reprendre la relève ??? C’est décourageant. Lâcher pas la gang, mais les jours meilleurs son pas pour demain. Merci..

  2. Bravo pour la prise de position et la mise au point. Ce qui me dérange aussi dans tout ça, c’est cette propension qu’ont plusieurs personnes à dire des choses sans valider si leur propos tient la route. Il y a une raison pour certaines choses et parfois les avantages d’une solution peuvent dépasser les inconvénients. J’ai lu des commentaires de personnes qui insultaient carrément des producteurs en les traitant de pollueurs parce que les légumes vendus étaient emballés…Il y a des légumes comme les carottes et les concombres qui dépérissent à vitesse grand V lorsqu’ils ne sont pas emballés…il est moins coûteux en termes environnementaux dans cette situation d’emballer que de ne pas le faire si on pense à l’eau utilisée pour cultiver, le pétrole utilisé pour transporter, les émanations de méthane causées par le pourrissement, etc. Il faudrait plus de rigueur intellectuelle avant d’accuser impunément.

Votre commentaire