Quatre institutions s’unissent pour augmenter la proportion d’aliments québécois dans leur assiette

Ordre des agronomes du QUébec

Le Cégep de Victoriaville se réjouit d’avoir obtenu le financement nécessaire pour démarrer un projet visant à accroître l’approvisionnement en produits bioalimentaires québécois dans les institutions de la MRC d’Arthabaska. Pour le moment, en plus du Cégep, trois organisations participent au projet, soit la Villa Saint-Georges, le CPE La petite école et le collège Clarétain.

Pour y parvenir, une démarche rassemblant les acteurs de tout l’écosystème de l’approvisionnement institutionnel (producteurs, transformateurs, distributeurs, consommateurs) sera réalisée et coordonnée par le Centre d’innovation sociale en agriculture (CISA), un centre collégial de transfert technologique en pratique sociale novatrice affilié au Cégep de Victoriaville. Des cibles d’achat d’aliments du Québec seront établies pour les quatre institutions participantes et la mise en œuvre de phases tests prévues sur les trois prochaines années concrétisera la mise en place d’actions pour l’atteinte de ces cibles.

« Nous sommes heureux de pouvoir compter sur l’apport de différents partenaires de tous les horizons pour ce projet. Déjà, des organisations d’importance dans la région comme la MRC d’Arthabaska, le CIUSSS MCQ, Coopsco, Mon Marché, la Famille Lampron et le CPE La Marelle nous ont confirmé leur volonté de contribuer au projet » se réjouit Denis Deschamps, directeur général du Cégep de Victoriaville.

« L’idée est d’arriver à comprendre les défis, les freins et les accélérateurs. Quand les contraintes auront été bien identifiées, il sera plus facile de mettre en place des solutions pour les dépasser. Et ces solutions seront coconstruites par l’ensemble des acteurs. On pourra alors transférer les bonnes pratiques à d’autres institutions et territoires » ajoute Simon Dugré, coordonnateur du CISA.

D’ailleurs, un premier sommet sur le sujet est déjà prévu en mai 2022. Ce sera l’occasion pour les forces vives rassemblées autour de ce projet de construire ensemble une stratégie territoriale concertée pour ensuite la déployer.

« Notre région est reconnue au Canada pour son savoir-faire en agriculture biologique, mais également par la grande capacité de ses acteurs de développement à travailler ensemble et à innover. Ce financement obtenu permettra d’augmenter l’accès à des produits locaux pour les gens d’ici. » indique le maire de Victoriaville et président de la Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région, monsieur André Bellavance.

Les personnes ou organisations qui auraient de l’intérêt ou des questions sur le projet peuvent contacter Christine Gingras, chargée de projet à Gingras.Christine@cegepvicto.ca.

Ce projet a été financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, dans le cadre du Programme de développement des marchés bioalimentaires.

Votre commentaire