Dialogue de sourds autour du livre de Louis Robert

Ordre des agronomes du QUébec

Pour Québec Solidaire, le ministre Lamontagne doit donner des réponses «aux situations extrêmement préoccupantes». Pour le Parti Québécois, «Le MAPAQ est sous influence»; Pour le parti libéral, «La CAQ doit faire la lumière sur la situation à l’ordre des agronomes»; pour l’UPA, « Les producteurs agricoles du Québec ont été aux premières loges du désengagement de l’État», mais pour le ministre André Lamontagne tout semble couler comme sur le dos d’un canard tant il l’assure : «Les questions de fonds soulevées par Louis Robert depuis quelques années se retrouvent au cœur de notre action gouvernementale».

Le ministre Lamontagne fier de son bilan

Le ministre Lamontagne défend son bilan : «Nous avons présenté le premier Plan d’agriculture durable du Québec en octobre dernier, assorti d’une enveloppe de 125 M$ et le plan a été très bien accueilli, notamment par le Scientifique en Chef du Québec, Équiterre et le titulaire de la chaire de recherche en économie écologique de l’Université du Québec en Outaouais, qui ont participé à l’annonce en compagnie du ministre», a-t-il fait savoir par le biais de son attachée de presse.

Le ministre Lamontagne rappelle que «Le gouvernement a aussi présenté en octobre dernier sa Politique sur la conduite responsable en recherche en collaboration avec le Fonds de recherche Québec, qui vise à garantir l’indépendance de la recherche au sein des centres de recherche et d’expertise soutenus financièrement par le MAPAQ et que le gouvernement a également mis en place, suite à un rapport d’experts des HEC, de nouvelles exigences en matière de gouvernance pour l’ensemble de ses centres de recherche afin d’en assurer l’indépendance, des règles obligatoires pour l’ensemble des centres de recherche financés par le MAPAQ.»

Louis Robert ferait-il alors état dans son livre d’une situation du passé ?

Plusieurs politiques en doutent : «M. Robert dénonce des situations extrêmement préoccupantes pour lesquelles nous avons peu de réponses (…) En trois ans, combien d’agronomes le ministre a-t-il réembauchés dans son ministère? Il va falloir que le ministre nous donne des réponses.»,déclare Émilise Lessard-Therrien de Québec Solidaire.

Le Parti Libéral s’inquiète de l’éthique de l’Ordre des agronomes.

Les nouvelles révélations de l’agronome Louis Robert sont particulièrement inquiétantes, dit le Parti Libéral (PLQ). Le PLQ rappelle «dans son livre, Louis Robert met de l’avant certaines pratiques douteuses de l’Ordre des agronomes du Québec». Face à ce nouvel épisode de la saga Louis Robert, le Parti libéral du Québec demande à la ministre responsable des ordres professionnels, Mme Danielle McCann, de faire la lumière sur les pratiques de cet ordre professionnel. « Le gouvernement caquiste ne peut pas laisser planer de doute sur l’intégrité de l’Ordre des agronomes. La ministre doit lancer, dès maintenant, une enquête sur ses pratiques afin de nous assurer qu’il est en mesure de remplir son mandat. », déclare Kathleen Weil, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’ordres professionnels.

Le Parti Québécois qualifie les Plan d’agriculture durable du ministre de Plan Marketing

Le député péquiste, Sylvain Roy, ne mâche pas ses mots : « Force est de constater que le gouvernement, c’est un gouvernement sous influence (…) On a fait des recommandations, un travail sérieux. Le ministre est arrivé avec son Plan d’agriculture durable, qui à mon avis ressemblait plus à un plan marketing qu’un vrai plan, pour faire une transition environnementale dans l’agroalimentaire au Québec (…) Il faut que le ministre prenne ses responsabilités, qu’il fasse du ménage et qu’ils répondent à son imputabilité envers la nation québécoise. Je ne demande pas sa démission, je demande qu’il fasse ses devoirs et qu’il aille chercher une autorité pour ses fonctionnaires, qu’il démontre qu’il est l’homme de la situation».

L’évènement le plus important depuis le rapport Pronovost dit Roméo!

Roméo Bouchard, commentateur occasionnel de l’agriculture et président fondateur de l’Union paysanne nous a écrit : «Je lis les articles sur le livre de Louis Robert: très fort. L’événement le plus important sur le débat agricole depuis le rapport Pronovost selon moi. Il place d’emblée le débat au niveau politique, enfin. J’espère qu’on va comprendre qu’il ne suffira pas de multiplier les petits jardins bio pour faire changer les choses! »

 

 

 

 

Votre commentaire