Yannick Patelli et Gilbert Normand
AGRICULTURE, À VOIR, POLITIQUE

Gilbert Normand se replonge dans la politique

Gilbert Normand , ancien homme politique dans le gouvernement de Jean Chrétien et ancien médecin s’est replongé dans la politique lors de son passage à LVATV nous parlant librement de sa perception du ministre de la santé au Québec, Gaëtan Barette, de Jean Garon, du rôle de l’UPA face au MAPAQ,  de l’indépendance du Québec et des élections provinciales à venir.

Yannick Patelli et Gilbert Normand
AGRICULTURE, À VOIR, POLITIQUE

Gilbert Normand compare l’agriculture canadienne et québécoise

Gilbert Normand à LVATV a parlé de sa connaissance du monde agricole au Canada et au Québec , du syndicalisme agricole et de la gestion de l’offre.

Martin Scott et Yannick Patelli
La parole aux producteurs

La baisse de 1,5 % du quota du lait serait-elle liée à l’entrée du lait diafiltré ? Quel est le rôle d’Agropur ?

«Qui est présent à ces assemblées-là. C’est les délégués qui sont payés, qui ont des per-diems qui sont là, mais ils sont liés par leur entente de déontologie!» de nous déclarer Martin Scott.

Agropur importerait encore du lait diafiltré selon Scott
Martin Scott, producteur et membre Agropur, estime que ce sont toujours les mêmes qui représentent les producteurs et qu’ils sont déconnectés de la réalité de terrain. Il estime notamment qu’Agropur importe encore du lait diafiltré malgré ce que la direction en dit. « Y’a 5 ans c’était environ 24 millions d’importation par année de lait diafiltré, la deuxième c’était 38 millions, la troisième 92… et cette année 2017, 33 ou 34 millions. Le graphique que j’ai vu démontre qu’il y a encore beaucoup d’importation de lait diafiltré».
Au cours de l’entretien qu’il a donné à La Vie agricole, il s’étonne aussi des bonis versés aux dirigeants d’Agropur.
Seul au combat
«Maintenant, oui, je suis seul au combat. Notre UPA, notre fédération c’est son combat de défendre ses producteurs, mais ils sont toujours en conflit avec leurs producteurs, c’est ça que je travaille à démêler».
« Ils se trouvent à me poursuivre moi et les 128 autres, mais il y en avait combien au départ des dossiers. Combien Me William et Me Savoie ont de budget pour nous poursuivre ? Il y a un bout qu’on manque à l’UPA : le 4e fonds et les salaires de MM.Groleau et Charles Félix-Ross c’est comme confidentiel, c’est bizarre pareil!»

Martin Scott et Yannick Patelli
La parole aux producteurs

Les bovins Québécois n’ont pas de traçabilité puisqu’abattus en Pennsylvanie

Martin Scott rencontré sur sa ferme à Ste-Hyacinthe nous explique qu’une fois abattu en Pennsylvanie, on perd totalement la traçabilité du bœuf élevé au Québec : « La fédération de l’UPA nous a installé un beau système de traçabilité en 2000-2001 pour la traçabilité de l’étable à l’assiette, mais les puces ils perdent le contrôle en partant d’ici. J’ai découvert en plus la semaine passée que c’est une subvention du fédéral ( Cultivons l’Avenir2 ) que l’UPA s’approprie pour créer des programmes comme ça!», dit-il.

AGRICULTURE, Bioalimentaire, NOUVELLES, UPA

Politique bioalimentaire du Québec – réaction de Marcel Groleau, UPA

Le président de l’Union des producteurs agricoles du Québec, Marcel Groleau, réagit après la présentation de la politique bioalimentaire du Québec