À VOIR, POLITIQUE, UPA

Nouveau règlement sur les pesticides: Groleau et Lessard, les deux grands absents !

Alors que la ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Isabelle Mélançon annonçait ce midi à Château-Richer dans l’usine Promiel, une modernisation des règlements encadrant l’utilisation et la vente des pesticides les plus à risque, Laurent Lessard et Marcel Groleau, respectivement ministre de l’Agriculture et président de L’UPA brillaient par leur absence. Pourquoi les deux décideurs normalement les plus influents au Québec, en ce qui a trait à l’agriculture, étaient-ils absents d’une conférence de presse qui touche directement la vie des producteurs au Québec ?
Groleau et Lessard boudent-ils ?
La ministre Mélançon a pourtant confirmé à La Vie agricole lors de la période de questions que L’UPA a participé tout au long de la démarche à la mise en place de ce nouveau règlement. Isabelle Mélançon a aussi confirmé que l’Union paysanne bien que syndicat non reconnu a aussi été sollicitée dans le cadre de la création de ce nouveau règlement.
Une guerre entre les club-conseils et les compagnies privées ?
Questionné par La Vie agricole sur une possible guerre à envisager entre les club-conseils gérés par l’UPA et les agronomes salariés de compagnies privées, M. Michel Duval, président de l’Ordre des agronomes du Québec a assuré au micro de LVATV que tout agronome est régi par le même code de déontologie qu’il soit attitré à un club-conseil ou à une compagnie privée.
Le conflit sous-jacent n’est-il alors qu’une histoire de gros sous entre les compagnies privées et le syndicat unique au Québec, l’UPA ?

À VOIR, POLITIQUE

Savard-Tremblay parle de nation à l’ère de la mondialisation

Dans le cadre du Forum Jeunesse du Bloc Québécois de la Capitale nationale, Simon-Pierre Savard-Tremblay, chroniqueur à La Vie agricole, donnait une conférence hier au Café du Temps perdu à Québec sur la rue Myrand.
Le thème était: La nation à l’ère de la mondialisation. Il a expliqué pourquoi il désavoue les accords de libre-échange et en a profité pour revenir sur l’ère Charest qu’il considère comme le summum de l’affaiblissement de l’État québécois.
POLITIQUE

Champagne, Anglade, Bachand derrière la gestion de l’offre, mais prêts à tout !

Le ministre du Commerce international du Canada François-Philippe Champagne était ce matin à Montréal où il a fait une fois de plus la promotion des avantages de la modernisation de l’ALENA en compagnie de Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec et de Raymond Bachand, négociateur en chef pour le Québec dans les négociations de l’ALENA. En point de presse juste avant le début de la 6ème ronde de négociations ils se sont montrés une fois de plus confiants répétants que le peuple américain sait maintenant l’importance de L’ALENA.