Yannick Patelli et Gilbert Normand
AGRICULTURE, À VOIR, POLITIQUE, RENCONTRE

Gilbert Normand de maire à secrétaire d’État à l’Agriculture: « Ça manque un peu d’agressivité dans les régions!»

Gilbert Normand, ancien maire de Montmagny, député libéral et secrétaire d’État à l’Agriculture dans le gouvernement de Jean Chrétien était dans les studios de LVATV le vendredi 11 mai.
Il nous a parlé de son rôle pour faire venir le SIAL à Montréal plutôt qu’à Chicago ou Toronto, de l’expérience Expo provinciale pour Montmagny, du maire de Québec Régis Labeaume et de la situation des régions.
Point de presse - Terres des soeurs de la charité
Pangea

Pangea, Desmarais, des modèles à suivre?

André Villeneuve, critique agricole du Parti québécois  a été interrogé hier à la suite de sa conférence de presse par Yannick Patelli, éditeur de La Vie agricole, sur Pangea, sur les circuits courts, sur André Desmarais.
M. Villeneuve répond à certaines questions et refile le ballon à quelques reprises.
Sur le modèle Pangea, André Villeneuve craint la philosophie derrière le modèle. «Qu’arrivera-t-il si Pangea vend ses terres dans 10 ans», dit-il. «La philosophie défendue par les propriétaires ne suivra pas forcément», soutient-il !
Sur le modèle Desmarais, adulé par Voix citoyenne, honni par la FRAQ, Villeneuve reste silencieux.

Gestion de l'offre, POLITIQUE, quotas, UPA

«La fin de la gestion de l’offre ne sera pas la cause de la dévitalisation des campagnes» – Moreau (IEDM)

La fin de la gestion de l’offre ne sera pas la raison de la dévitalisation des campagnes selon Alexandre Moreau, analyste en politiques publiques à L’Institut économique de Montréal (IEDM). Il explique que la problématique est déjà existante alors que la gestion de l’offre est le système en place. Alexandre Moreau pense aussi que les producteurs sont prêts à produire plus de lait.
Acériculture

L’Institut économique de Montréal sur le plateau de LVATV parle acériculture

Alexandre Moreau, analyste  en politiques publiques à l’Institut économique de Montréal (IEDM) était aux  studios de LVATV ce vendredi 30 mars pour parler de la situation acéricole qu’il trouve critique.
AGRICULTURE, pluralisme agricole, POLITIQUE, Union paysanne, UPA

Roméo Bouchard explique la paralysie engendrée par l’UPA et parle de la peur des politiciens face au phénomène du monopole de l’UPA

Roméo Bouchard lors du lancement de son livre, L’UPA: un monopole qui a fait son temps, au Centre culturel et environnemental Frédéric Back à Québec le 29 mars y est allé d’un fervent plaidoyer pour remettre en cause le monopole syndical agricole.

Il était aux côtés de Jean Pronovost, président-fondateur de l’Institut Jean-Garon, auteur du rapport Pronovost et auteur de la préface de ce livre.  Jean Pronovost de son côté a signifié l’importance des propos exprimés dans le livre et Roméo Bouchard a démontré la paralysie dans laquelle se retrouve l’agriculture biologique dans le cadre du système monopolistique octroyé par la loi depuis 1972.

Il a par ailleurs fait part de ses interrogations quant à la disparition du ministre Paradis lorsqu’il a commencé a « agacé » l’UPA ! Tous deux ont fait part de la peur engendrée auprès des politiciens par le syndicat unique.

Sylvie D’Amours, critique agricole à la Coalition avenir Québec était la seule personne politique venue entendre Jean Pronovost et Roméo Bouchard. Après avoir serré la main de Roméo Bouchard, elle a quitté avec le livre qu’elle prêtera, nous a-t-elle dit, à son chef, François Legault